Envie de participer ?
Le 2/05/2021

Christophe CAILLE

1) Bonjour Christophe, tu es l'entraîneur de l'USC Tennis de Table, à la fois pour les jeunes et les adultes. Peux-tu nous résumer d'une part ton parcours de pongiste et, d'autre part, celui d'entraîneur ?

" J'ai commencé le ping sur le tard au lycée avec un pote dont le père était gardien de gymnase, ce qui nous a permis de jouer énormément et de progresser très vite. C'est ainsi que je suis monté jusqu'au classement 25 (1 800 points) en 6 ans. Mon classement actuel est 15.

Je dois avouer que je ne joue plus trop en compétition depuis quelques années. J'avais repris en 2012 après 2 ans d'interruption avec Poissy en jouant un peu en régional et j'étais remonté de 13 à 16. Mais mon jeu de défense me demande beaucoup d'entraînement et mon niveau baisse très vite si je ne m'entraîne pas d'une façon importante. Ma meilleure perf a été un numéro 700.

Il y aura toujours le regret de ne plus pouvoir m'investir dans la compétition depuis que j'ai obtenu mon diplôme d'entraîneur. Et essayer peut-être de devenir numéroté, ce qui est un peu le Graal pour beaucoup de joueurs.

Le club d'Aubergenville m'a très vite proposé quelques créneaux d'entraînement et une formation d'entraîneur. J'ai obtenu mon brevet d'état en 2002, puis entraîné ce club et Mantes-La-Jolie jusqu'en 2009. Je suis ensuite parti 2 ans en voyage avec mon petit voilier (A/R sur les Antilles), ensuite j'ai repris mon métier d'entraîneur sur plusieurs clubs des Yvelines : Poissy, Maule, Verneuil et Triel. Reparti en 2016 pour un autre voyage vers les Antilles, toujours avec le même voilier, me voilà entraîneur à Conflans en 2018. Depuis cette date, j'entraîne également les clubs de Houilles et d'Achères. "

2) Comment as-tu vécu cette période sanitaire si perturbante pour toutes et tous depuis plus d'une année, en tant que personne et bien sûr en tant qu'entraîneur ?

" Sur le plan personnel, ça n'a pas été trop difficile car j'ai la chance de posséder un petit jardin. Malgré tout, le manque de contacts finit par peser car je suis habitué à croiser beaucoup de monde durant la semaine, des jeunes ou des adultes. J'imagine la frustration des pratiquants, tout en sachant que l'on est totalement impuissants devant cette situation.

Comme entraîneur, on peut craindre une baisse de motivation des jeunes, de leurs parents et des adultes, renforcée par un manque de visibilité lié à la crise sanitaire lors de la prochaine saison. Le ping n'étant pas un sport de contact, il me semble toutefois que l'on pourrait pratiquer notre sport dans des conditions de sécurité relativement bonnes, même si je ne suis pas spécialiste et que je donne juste mon ressenti. "

3) Quels sont tes conseils pour une reprise optimale du ping par les adultes et les jeunes ? Et quelles seraient selon toi les actions à engager pour favoriser le développement du ping chez les jeunes, y compris la recherche des meilleures performances possibles ?

" Il est difficile de compenser le manque de pratique dans un sport aussi technique que le nôtre. Par contre, il est indispensable de revenir à la table avec une bonne condition physique car le corps oublie les contraintes mécaniques particulières du ping. Les fragilités de chacun peuvent se transformer en blessure après quelques séances d'entraînement (épaules, dos ou genoux le plus souvent).

Mes conseils seraient simples: travailler d'une part son cardio et remobiliser la partie basse (footing, vélo), d'autre part du renforcement musculaire avec là aussi des exercices simples comme la planche ou les pompes (sur les genoux pour commencer). Un petit programme de ce type pré-reprise devrait permettre de soulager et préserver quelque peu les articulations et les muscles sollicités pendant la pratique. Ne pas oublier également que les compétitions arrivent très vite en septembre....

Ceci étant dit, je m'interroge sur la reprise : comment va-t-on finir la saison sportive et surtout comment allons-nous reprendre la saison prochaine ? Je reste optimiste sur le retour des pongistes à la salle car je pense que l'on devrait être moins touchés en termes d'inscriptions et de renouvellement que d'autres activités, comme malheureusement tous les sports de contact. En attendant, j'espère revoir tous les pongistes de Conflans avant la fin de cette saison.

Pour favoriser le développement du ping chez les jeunes, je réponds bien évidemment le travail avec les scolaires, la fidélisation via la compétition et la qualité des entraînements. La politique proposée par le club va dans le bon sens car depuis deux ans le choix a été fait d'offrir la possibilité à tous les jeunes de participer à deux entraînements dirigés et une séance libre le samedi, ce qui est suffisamment rare dans notre sport pour être signalé. Rien n'est plus important que la pratique."

 

Le 8/03/2021

Stéphane BOUCHET

1) Bonjour Stéphane, tu es le capitaine de l'équipe 4 et le plus expérimenté de nos leaders d'équipe en championnat des Yvelines. Dis-nous en quelques mots ton parcours de pongiste et rappelle-nous quel est précisément le rôle d'un capitaine.

" Salut Alain. Pour faire simple, j'ai débuté le ping en 1989 sur le banc comme spectateur en suivant ma future femme dans ses entraînements et ses compétitions à Châtellerault, dans la Vienne. Je trouvais cette discipline à ma portée et après quelques essais, j'ai craqué. Puis, nous avons rejoint la région parisienne et plus précisément Andrésy en 1995, où nous nous sommes inscrits tous les deux. Très vite, je suis tombé dedans : 1 voire 2 entraînements par semaine, compétition d'équipe en D4 le jeudi soir, et compétition individuelle le week-end. Je suis passé de non classé à 70, déjà capitaine et boute-en-train dans mon club de cœur où j'ai passé sans doute mes plus belles années sportives et extra-sportives. Un jour, j'ai découvert le picot long. Ma carrière de pongiste a littéralement changé. Tout en restant capitaine pendant toutes ces années, D4, D3, D2 et finalement en D1 avec mon meilleur classement (1 243 points en 2008/09).

J'ai également étendu mon activité car j'ai occupé les postes de secrétaire et responsable des activités extra-ping (jumelage, 40 ans du club, Téléthon, 24 h de ping, 1er tournoi régional, fête du club, 3ème mi-temps, etc.). Tu connais mon côté festif...

Depuis peu, j'ai découvert de nouveaux amis qui m'ont fait apprécier l'US Conflans Tennis de Table, où j'ai retrouvé une ambiance conviviale et bon enfant. Tu connais mon implication, je n'ai pas pu m'empêcher de reprendre un nouveau capitanat. Gaël (Président) et Eric (Secrétaire) m'ont confié une D2 un peu particulière que l'on peut comparer aux Barjots du hand. Que des anciens d'Andrésy : Jean-Louis, Bernard, Julien, François, Dominique, Thierry, Alain avec lesquels on s'éclate chaque saison, chaque match. Certains ont abandonné en route mais la joie, l'envie de jouer et de prendre le ping comme un jeu est toujours là.

Notre secret : Before à 18h00, match à 21h00, After jusque trop tard dans la nuit, où l'on refait le match. C'est là que l'on voit le meilleur du capitaine, tout est dans la façon d'organiser chaque rencontre, de motiver ses joueurs, de les encourager et de remporter des victoires qui sont importantes. "

2) Comme auraient pu le dire les Inconnus, c'est quoi un bon capitaine ? Et un mauvais capitaine ?

" Pour moi, un bon capitaine, c'est quelqu'un de moteur dans un projet sportif. On m'a confié une équipe avec des objectifs que je m'efforce de tenir, j'analyse les résultats adverses, le classement des équipes, nos chances de victoire, mais surtout le lien avec mes joueurs. Quand vient le mardi soir où il faut titulariser les 6 joueurs, c'est là que le capitaine entre en action, il doit trancher, et laisser un pote ou deux sur la touche, ça fait mal !!! Mais celui qui ne joue pas participe quand même au déplacement ou au match. Il y a toujours une bonne ambiance dans mon équipe, c'est un vrai job pour moi.

Un mauvais capitaine, c'est celui qui est à la bourre pour faire sa composition d'équipe; quand elle est faite, il se plante dans la composition des 3 mousquetaires (qui sont 4, comme chacun le sait), fait des ratures en veux-tu en voilà sur la feuille de match, voire se trompe sur le lieu de rencontre (et c'est du déjà vu). Sans oublier celui qui s'en va sans dire au revoir ni boire le pot de l'amitié. Le loser complet, quoi ! "

3) En cette période de disette "ping", par quelles activités as-tu remplacé l'absence d'entraînement et de compétition ? Et avec quelles ambitions de l'équipe 4 pour la reprise ?

" Cette période de Covid qui dure depuis déjà 1 an a éloigné des salles les joueurs et l'esprit de compétition que nous avions jusqu'à présent. Je sais que certains de mes joueurs regrettent profondément cette période de non activité sportive, cela commence vraiment à bien faire. En revanche, j'entretiens toujours le côté festif par visioconférence. On prend de temps en temps un moment de partage autour d'un apéro virtuel pour maintenir le contact. Je pense que de leur côté ils travaillent leur condition physique pour retrouver la compétition au plus vite et au meilleur de leur forme, tout comme moi (lol).

Notre ambition pour cette saison est de pouvoir reprendre les entraînements et la compétition au plus vite. Nous avons soif de jouer, car les 2 matchs que l'on a faits ne suffisent pas à nous rassasier. Les gestes barrières et les règles sanitaires mises en place semblaient convenir à l'ensemble des participants, mais il faut bien accepter cet arrêt d'activité. Notre objectif, si la reprise pointe le bout de son nez, c'est le podium de notre poule en D2. J'ai les joueurs et la motivation pour. Plus de descente pour nous."

 

Le 21/12/2020

Vincent COCHET

1) Bonjour Vincent, tu es notre joueur "premier de cordée" depuis un certain temps et cette saison tu viens d'entrer dans la catégorie redoutable et redoutée des vétérans (V1 plus de 40 ans). Peux-tu nous dire d'abord comment tu es devenu joueur numéroté et ensuite nous faire part de tes ambitions sportives en V1 ?

" J'ai commencé à jouer en club en catégorie J1 en 1993/94. Nous étions toute une génération du même âge à nous entraîner très régulièrement et surtout partir des week-ends entiers en tournoi. Cela nous a permis d'observer, de nous confronter à de multiples adversaires et d'avoir beaucoup de volume de jeu. Ma meilleure année était en 2000: je suis passé du classement 40 (15 actuel) à 25 quasi-numéroté (19 actuel) en une demi-saison. Mes faits de gloire furent une victoire sur un N°200 et une défaite de justesse sur le N°30 français alors que je n'étais que 40. Je suis ensuite passé numéroté 824 en 2002. Pour ma première saison de V1, je vise surtout à stabiliser mon niveau actuellement en baisse (classement 14) et réaliser à nouveau quelques belles performances, peut-être un podium en championnat départemental vétérans et, qui sait, former une délégation conflanaise pour aller aux championnats du monde vétérans un jour ? "

2) Après 2 journées de championnat des Yvelines, l'équipe 1 de Conflans 3ème de sa poule compte 1 victoire et 1 nul. Pouvons-nous remonter en pré-régionale dès cette saison ?

" Oui, clairement c'est l'objectif. Nous étions très déçus de la descente la saison précédente dans un concours de circonstances digne d'un roman. En plus de cela, nous avions goûté aux plaisirs de la régionale la saison d'avant. Néanmoins, le chemin va être semé d'embûches compte tenu du contexte sanitaire (coupures, une seule phase). Il va falloir être humble, régulier et percutant sur les matchs-clé. "

3) Tu es un joueur de talent mais aussi un sponsor important et avisé du club via ta société. Présente-nous ton activité professionnelle en quelques mots et explique-nous ce qui t'a conduit à devenir sponsor.

" Ma société Cos2biz, créée en 2016, est un cabinet de recrutement spécialisé sur les fonctions Finance, RH, Business, Direction... Nous intervenons dans toute la France et nous avons également lancé un mouvement dans l'ecosystème du recrutement qui s'appelle le #recrutement solidaire. A chaque contrat, nous réalisons un don à des associations caritatives. C'était tout naturellement que pour le sponsoring, j'ai décidé d'accompagner mon club de cœur, qui en plus partage mes valeurs avec des collectes alimentaires. "

 

Le 12/11/2020

Jean BERNARDELLI

1) Bonjour Jean, tu as été Président de l'USC Tennis de Table (USCTT) de 1994 à 2008. Une belle continuité au service de notre club. Quelle a été ta plus grande fierté pendant cette période ? Et ton plus grand regret ?

" Ma plus grande fierté de Président (14 ans) mais aussi de Secrétaire (20 ans) en faisant une grande partie du boulot de Président car ce dernier avait beaucoup de travail en tant que Président de l'USC (14 sections sportives, dont le tennis de table), a été le développement régulier du club. Au départ, une dizaine de joueurs venaient de l'entreprise LTT (Lignes Télégraphiques et Téléphoniques), puis nous avons eu une moyenne de plus de 100 joueurs avec une année record à 128. Quant à mon plus grand regret, nous étions à deux doigts de la montée en Nationale 3 dans les années 1980 sur le match capital, mais l'équipe a été privée de son meilleur joueur, puni par ses parents. Consolation: les finances du club n'auraient pas suivi. "

2) En tant que joueur, quelle a été ta meilleure performance dans le passé et quelles sont tes ambitions dans la catégorie V5 (plus de 80 ans) ?

" En nombre de points, c'étaient 1 496 points lors de la saison 2000/01. Ma meilleure perf, c'est parmi mes 8 titres de champion des Yvelines en vétérans, surtout le 1er en V4 (plus de 70 ans) en battant en finale le regretté Maurice Hauff, Président d'Achères et ma bête noire: 11-8 à la belle. Ce fut ma seule victoire contre lui, que ce soit en compétition ou à l'entraînement (il a joué 3 ans chez nous). Pour les V5, j'espère tenir le coup encore quelques années et gagner à nouveau le titre de champion des Yvelines, comme il y a deux ans. "

3) La Covid-19 a essayé de te faire arrêter le ping au printemps dernier, sans succès. Peux-tu nous faire partager ton expérience personnelle de ce satané virus qui continue à perturber toutes nos activités, dont bien sûr la pratique de notre sport préféré ?

" Le sportif que je suis s'est fait prendre deux sets par la Covid-19, un séjour de 3 semaines à l'hôpital et 1 mois sous oxygène, mais j'ai quand même arraché la victoire à la belle. Conseils pour être plus fort que ce satané virus: faire beaucoup de sport et surtout ne pas fumer. D'après les toubibs, ça m'a sauvé la vie. "

 

Le 12/10/2020

Gaël LE GOFF

1) Bonjour Gaël, tu es Président de l'USC Tennis de Table (USCTT) depuis juin 2018. Comment as-tu vécu l'impact de la crise sanitaire sur la pratique de notre sport et quelles ont été les réponses apportées par le club ?

" C'était une période compliquée qui nous a obligés à interrompre la saison sportive, puis à mettre en place des protocoles de la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) adaptés à la situation sanitaire, afin d'offrir aux adhérents les meilleures conditions de reprise du jeu possibles. A ce jour, le club fonctionne quasi-normalement et les adhérents, enfants comme adultes, ont repris le chemin de la salle. La situation doit bien sûr rester sous contrôle mais je suis plutôt satisfait que l'équipe dirigeante ait fait le nécessaire pour que le démarrage de la nouvelle saison sportive se passe bien et que chacun(e) puisse profiter de sa passion. "

2) Peux-tu nous éclairer sur les principaux objectifs de l'USCTT en ce début de saison ?

" D'un point de vue sportif, le club espère capitaliser sur son travail de formation auprès des jeunes, afin de permettre à la nouvelle génération de progresser et de s'engager en compétition pour les plus motivés. En ce qui concerne les adultes, nous gardons 6 équipes engagées en championnat des Yvelines qui visent toutes au moins le maintien dans leurs divisions respectives, en espérant qu'1 ou 2 d'entre elles pourront monter de division. Au niveau individuel, nos meilleurs joueurs auront comme objectif d'améliorer leur classement. D'un point de vue gestion du club, nous avons choisi d'être prudents sur nos recettes et dépenses car la situation sanitaire ne permet pas d'avoir facilement une vision à long terme. Toutefois, nos finances sont saines et, si la situation le permet, nous investirons sur du nouveau matériel. "

3) Tu es Président mais aussi pratiquant de tennis de table depuis de nombreuses années. Quelles sont tes ambitions 2020/21 en tant que joueur ?

" Eh oui, cela fait maintenant plus de 20 ans que je pratique ce sport. Sportivement, j 'ai connu des périodes où je souhaitais ardemment améliorer mon classement, et des périodes où concilier résultats sportifs, entraînements intensifs, vies familiale et professionnelle, devenait plus une contrainte qu'un plaisir, et relativisait l'importance de mes performances. Aujourd'hui, je suis heureux de voir mon fils faire ses premiers pas au club, d'y croiser mon frère, des amis. Venir à la salle, c'est échanger, passer un bon moment. Et si jamais je peux encore apporter des résultats à mon club, tant mieux. Le tennis de table, c'est le fil conducteur de mon activité sportive, et donc mon ambition, pour cette saison, c'est de garder mon classement actuel et de pouvoir rentrer chez moi en ayant eu le plaisir de jouer comme j'aime, d'être content de ma performance. "

 

Le 6/09/2020

Elodie JOURDAN

1) Bonjour Elodie, tu es la meilleure joueuse du club depuis de nombreuses années. Quelles ont été les meilleures performances de ta carrière ?

" Bonjour, j'ai été championne d'Ille-et-Vilaine en benjamines et championne de Bretagne en double cadettes pour les catégories de jeunes. En adultes, mon top en points a été de 1 308 en phase 1 de la saison 2009-2010 mais ce que je retiens surtout, c'est d'avoir joué au niveau national en 2012/2013. Très bonne expérience. Rencontrer des numérotées françaises en nationale 2 a été très enrichissant. "

2) Le tennis de table est un sport mixte mais avec assez peu de femmes. Comment augmenter le nombre de pongistes femmes à l'US Conflans tennis de table ?

" Je fais du tennis de table depuis toute petite et attirer des filles ça a toujours été un problème. C'est très compliqué. Attirer les filles peut-être en essayant de faire un peu de pub, ou des tarifs préférentiels. Organiser une journée tennis de table féminine. Pourquoi pas un tournoi ? "

3) Pas trop difficile d'être souvent la seule femme lors des compétitions par équipes ?

" Pas trop difficile de toujours jouer avec les garçons car je suis assez chouchoutée. On prend soin de moi. Après, j'ai l'habitude et ça me convient. L'ambiance est très bonne. "